Rakkoleva seaweed 378fb1ad fc9d 4189 9d8c 2b3b88daa708 900x 1

MINÉRAUX ET ÉLÉMENTS TRACÉS

Le 06/10/2020 0

Le foin est la nutrition de base des chevaux, et par conséquent, le foin doit être aussi de haute qualité et riche en nutriments que possible. Cependant, la qualité et la quantité de nutriments varient selon l'année, la météo, le producteur et le sol. En plus du foin et / ou d'un pâturage, les chevaux ont également besoin de produits minéraux.

Les minéraux et les oligo-éléments sont des éléments de base importants pour les os et les tissus conjonctifs des chevaux. Ils jouent également un rôle dans de nombreuses réactions chimiques dans le corps. Les minéraux les plus importants pour les chevaux sont le calcium, le phosphore, le magnésium, le sodium, le chlore et le potassium. Les oligo-éléments les plus importants sont le fer, le cuivre, le zinc et le sélénium. La quantité d'oligo-éléments nécessaire à un cheval est individuelle en fonction de son âge, de sa race, de sa taille et de son travail, par exemple.

IODE

Les chevaux ont besoin d'iode pour la formation d'hormones thyroïdiennes. La glande thyroïde régule le métabolisme, la production d'énergie et le poids, par exemple. Les poulains et les chevaux adultes ont besoin de 1 à 2 mg d'iode par jour, tandis que les juments gestantes et allaitantes ont besoin d'un peu plus. Un apport suffisant en iode est important pour une jument poulinière car il a un impact sur le cycle œstral de la jument, entre autres. Les algues sont particulièrement riches en iode et leur apport doit donc être surveillé. La posologie quotidienne ne doit pas dépasser environ 30 grammes par jour. Le foin, l'avoine et le sel minéral contiennent également de l'iode.

POTASSIUM

Le potassium a un impact sur l’équilibre hydrique et le métabolisme musculaire du cheval. Il est également nécessaire pour la transmission des impulsions nerveuses. Le potassium et le sodium sont liés l'un à l'autre et un déséquilibre de leur rapport peut entraîner des problèmes musculaires. Habituellement, les chevaux tirent suffisamment de potassium de leur fourrage de base.
Une carence en potassium peut se manifester par une faiblesse musculaire, de la fatigue ou de la constipation, mais ce n’est pas très courant.

CALCIUM

Le calcium est un matériau de construction pour les os. Il est également nécessaire pour que les muscles et les nerfs fonctionnent ensemble. Le fourrage de base est la principale source de calcium pour les chevaux. Les aliments contenant du trèfle et de la luzerne sont plus riches en calcium que les aliments à base de paille. La mélasse est également une bonne source de calcium. Le calcium et le phosphore sont les oligo-éléments les plus importants pour les chevaux. Ils font partie des matériaux de construction les plus essentiels pour les os et particulièrement importants pour les juments gestantes et les poulains en croissance. Le rapport calcium / phosphore pour les juments gravides et les poulains doit être d'environ 1,8: 1 et 1,3–1,5: 1 pour les autres chevaux.

COBALT

Les besoins quotidiens en cobalt des chevaux sont d'environ 0,6 à 1 mg. Le cobalt est nécessaire pour former la vitamine B12 dans l’organisme du cheval, et il est également important que certaines enzymes fonctionnent correctement. Bien que les fourrages de base pour chevaux contiennent du cobalt, les produits particulièrement riches sont la mélasse, le lin et la levure de bière. Certains symptômes de carence en cobalt sont l’anémie, le manque d’appétit et le besoin de lécher les choses, mais il est rare que les chevaux manquent de cobalt.

CUIVRE

Le cuivre est nécessaire pour les enzymes liées au métabolisme énergétique, au système nerveux, aux os, au tissu conjonctif, à l'hémoglobine et aux globules rouges. Le cuivre est également lié à l'absorption du fer. Le fourrage de base ne contient que de petites quantités de cuivre, les produits minéraux sont donc essentiels pour les chevaux. Les symptômes courants d'une carence en cuivre sont l'anémie, la décoloration du pelage, les problèmes digestifs et l'envie de lécher les choses. Une carence en cuivre chez les poulains peut entraîner des troubles du développement, il est donc particulièrement important d’assurer l’apport en cuivre et en zinc des poulains. Leur rapport doit également être correct, car un excès de zinc réduit l'absorption du cuivre. Le rapport cuivre / zinc doit être d'environ 1: 4. L'apport en cuivre des chevaux anémiques doit toujours être vérifié.

MANGANÈSE

Les fonctions du manganèse sont liées au développement des os et du tissu conjonctif et du système nerveux. Le manganèse est nécessaire au métabolisme énergétique et, par exemple, à la synthèse du sulfate de chondroïtine qui est important pour le développement du cartilage articulaire. Le matériau intercellulaire des os, du cartilage et du tissu conjonctif est riche en sulfate de chondroïtine. L'herbe de pâturage, la paille et le son contiennent du manganèse, par exemple. Les symptômes d'une carence en manganèse comprennent des anomalies du squelette, des troubles du système nerveux et un manque d'appétit. Les chevaux ont besoin à peu près de la même quantité de manganèse, de fer et de zinc chaque jour, soit 300 à 400 mg par jour.

MAGNÉSIUM

Le magnésium est l'un des constituants du tissu osseux. Il a également un rôle important dans les fonctions des muscles, du métabolisme et de diverses enzymes. Les chevaux ont besoin de magnésium pour les contractions musculaires et la transmission de l'influx nerveux. Les fonctions du magnésium sont généralement liées au calcium. Une carence en calcium ou un mauvais rapport magnésium / calcium peut causer des problèmes musculaires et du système nerveux. Les symptômes de carence comprennent des frissons, des troubles du système nerveux et un manque d'appétit. Les chevaux ont besoin d'environ 10 g de magnésium par jour. Les chevaux d'exposition ont besoin d'environ 15 à 20 g par jour. Un surdosage peut provoquer une raideur musculaire. Le magnésium peut être trouvé en particulier dans la luzerne et la mélasse. Le chia et le lin sont également de bonnes sources de magnésium.

SODIUM ET CHLORE

Le sodium et le chlore se trouvent généralement ensemble sous la forme d'un composé appelé chlorure de sodium, c'est-à-dire sel. Le sodium régule l'équilibre hydrique et le métabolisme musculaire des chevaux.

Les besoins quotidiens varient individuellement en fonction, par ex. la quantité de travail que fait le cheval. 60–120 g par jour sont recommandés pour les chevaux de concours, tandis que les chevaux qui bougent moins en nécessitent moins. Les symptômes de carence les plus courants sont le léchage du sol, le manque d'appétit, la fatigue et la faiblesse musculaire. Le fourrage de base pour chevaux contient peu de sodium et de chlore, et les besoins en sel peuvent être satisfaits avec un lécher au sel. Les chevaux d'exposition effectuant des travaux lourds peuvent également exiger que du sel soit ajouté à d'autres aliments. Une consommation excessive de sel entraîne une augmentation de la miction.

SÉLÉNIUM

Le sélénium est un oligo-élément vital pour les chevaux mais devient toxique en excès. Le sélénium a un impact sur la production de l'hormone thyroïdienne entre autres, et il joue également un rôle important dans les fonctions de reproduction et la fertilité. Le sélénium affecte également les fonctions musculaires avec la vitamine E, et en raison du fait qu'il est un antioxydant, la vitamine E peut partiellement remplacer une carence en sélénium et vice versa. Le sol contient très peu de sélénium et doit donc être inclus dans l'alimentation concentrée et minérale des chevaux. Les symptômes de carence comprennent la dystrophie musculaire et la fatigue générale des muscles. Les besoins quotidiens sont d'environ 0,9 à 1,5 mg.

LE FER

Le fourrage de base étant relativement riche en fer, les chevaux souffrent rarement d'une carence en fer. Leurs organes sont également efficaces pour recycler et stocker le fer. De faibles niveaux de fer sont généralement le signe d'autre chose, comme un apport insuffisant d'un autre oligo-élément ou une perturbation intestinale. Cependant, les chevaux de sport peuvent bénéficier de cours de supplémentation en fer, car un effort considérable augmente la quantité de fer quittant le corps par rapport au métabolisme normal.

Une surdose de fer affaiblit l'absorption d'autres minéraux tels que le manganèse, le zinc et le cuivre notamment et peut entraîner des carences. L'utilisation excessive de produits à base de fer peut provoquer une intoxication au fer chez les poulains en particulier. Le fer est lié à la consommation d'oxygène des chevaux ainsi qu'à la performance générale. De nombreux aliments minéraux contiennent du fer ajouté. Les symptômes de la carence en fer sont l'anémie, les cheveux de mauvaise qualité et la diarrhée. Les besoins quotidiens généraux en fer d'un cheval sont d'environ 350 à 450 mg. Dans les rares occasions où un cheval présente des symptômes de carence en fer, la cause n'est généralement pas une diminution de l'apport en fer mais une mauvaise utilisation du fer.

SOUFRE

Le soufre est important pour le développement des protéines d'un cheval. Il agit également comme matériau de construction pour les vitamines. Le corps d'un cheval contient déjà une petite quantité de soufre tel quel. Les besoins en soufre sont faibles et le fourrage de base pour chevaux en contient généralement suffisamment. Le soufre est bon pour les articulations, le cartilage et les sabots.

ZINC

Le fourrage de base couvre généralement les besoins en zinc des chevaux. Le zinc a un impact sur les actions enzymatiques et hormonales, la résistance, le pelage, la croissance, les os, la peau, les cheveux et les sabots d'un cheval. Les symptômes d'une carence en zinc comprennent des abrasions cutanées, un manque d'appétit ou des objets à lécher. Selon les recherches, manger du sable ou du fumier et mâcher du bois peut être des symptômes d'une carence en fer ou en cuivre ou d'un rapport cuivre / zinc déséquilibré dans l'alimentation (Aytekin et al. 2011). Un apport excessif en zinc peut nuire à l’absorption du fer et du cuivre dans le corps du cheval. La carence en zinc est rare. Le zinc peut être trouvé dans la levure, le son, les germes et les noix, etc.

SILICIUM

Les chevaux ont besoin de silicium pour le développement des os, du cartilage squelettique et des tendons. Cela peut également affecter la peau et le pelage. Le fourrage de base contient peu de silicium, il est donc généralement ajouté aux produits minéraux. L'ortie est une bonne source de silicium.

ÉLECTROLYTES

Les chevaux peuvent transpirer jusqu'à des dizaines de litres et perdre une quantité remarquable de sel et de minéraux, c'est-à-dire des électrolytes (sodium, chlorure, potassium, magnésium, calcium) dans le processus. La transpiration consomme beaucoup d’eau dans le corps du cheval et peut provoquer une déshydratation qui affecte les performances.

Le fait de ne pas remplacer les substances perdues entraîne des symptômes de carence: diminution du niveau d'énergie, fatigue, spasmes musculaires, troubles du système nerveux, frissons et douleurs musculaires générales. Cependant, les électrolytes ne doivent pas être nourris sans raison car leur apport excessif est également nocif pour le corps du cheval.

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam